lundi 25 mai 2009

Une image vaut mille mots

Je crois que j'ai assez mentionné que je supporte les Black Ass de Chicago.
N'empêche.
Y me font chier, depuis le début de la série contre Détroit.
De Adam "grand yeule" Burish qui s'en va essayer de sortir Lidstrom de sa game (résultat, trois minutes plus tard, le vieux Nick la crisse dans le net), à Brian Campbell qui s'en va se crisser en ARRIÈRE du but de Détroit en avantage numérique, ce qui provoque une descente de Marian Hossa et Valtteri Filpula contre Cam Barker.
Pas besoin d'être un ingénieur en science de la fusée pour savoir que Barker fait pas le poids contre ces deux-là. Et ne parlons pas de Huet. Parce que.




Ils me font chier, donc, parce qu'ils n'assurent pas.
Les bottines ne suivent pas les babines, comme diraient certains.
Ça se résume en une image, celle du joueur de séries, vétéran aguerri, qui enlève le mouthpiece de la yeule du ti-cul.
Voilà:


Espérons que ça les inspirera, les ti-culs.

2 commentaires:

É. a dit…

Ah, ah, ah, ah… Rien là-dessus dans le Grand Livre, me semble. L'histoire dit pas si un employé a été obligé de ramasser et nettoyer la « chose » avant de la remettre à son millionnaire légitime.

Gomeux a dit…

On discerne un petit mouvement de Franzen, qui crisse l'objet sua glace, effectivement.
Pas trouvé le vidéo qui montre le gars qu'il la rammassé.
Peut être une icegirl avec son scraper.


On verra si les Dieux du Hockey vont en prendre note.